Visite

Le site à pistes de dinosaures de Coisia est en bordure d’une route départementale étroite qui  présente un danger pour les piétons, l’accès n’étant pas sécurisé.

Le stationnement des véhicules est interdit en bordure de la D 60 E.

top
Découverte

Dans le cadre des recherches réalisées par la Société Des Naturalistes d’Oyonnax, les sites à pistes de Coisia, 1 et 2 ont été découverts en 2004 par Christian Gourrat †, à l’occasion de travaux d’élargissement de la D 60 E. Antérieurement, Paul Bernier (1984) avait toutefois mentionné, en bordure de la D109, une « surface déprimée périodiquement comme à la suite de pas dans un sédiment mou ». Cette description correspond à la surface du site 3, portant effectivement des empreintes de pas de sauropodes.

Les sites de Coisia sont datés du Jurassique supérieur (étage Tithonien) soit environ -150 millions d’années.

Site 1 - © Archéotech

Site 2 - © Dinojura

Site 3- © Dinojura

Site 1 : dalle principale, d’environ 156m², exposant plus de 170 traces de pieds et de mains de sauropodes agencées en au moins 9 pistes de locomotion distinctes. Cette surface a été l’objet de différentes opérations scientifiques.

Site 2 : la dalle expose le même type d’empreintes que celles du site 1, aussi bien préservées, sur une surface d’environ 25m². Cela rend plus délicate la lecture de pistes distinctes. Comme pour les sites 1 et 3, la surface à empreintes occupe actuellement une position subverticale résultant de la déformation des couches géologiques lors de la formation de la Chaîne jurassienne.

Site 3 : sur une surface d’environ 20m², la dalle présente des empreintes fortement érodées, peu nombreuses, ne permettant pas d’identifier clairement une piste.

top
Relevé des pistes

Lasérométrie

Scannage lasérométrique - ©Archéotech

Image photographique - ©Archéotech

Image lasérométrique - ©Archéotech

Scannage lasérométrique (société Archéotech) permettant une image des empreintes en trois dimensions et une numérisation du relief de l’ensemble de la surface. Ce procédé permet par ailleurs une conservation numérique de la surface pouvant servir à la confection d’une réplique de l’original extrêmement fidèle.

Image photographique du site 1 : un appareil traditionnel ne permet pas de photographier les 26 mètres de longueur du site sans distorsion ou déformation de l’image.

Image lasérométrique du site 1 : la totalité de la surface est reconstituée avec une grande précision et sans aucune déformation de l’image.

Biométrie

2 types d'empreintes identifiables - ©SDNO

Mesure précise des pistes et empreintes - ©SDNO

Prise des mesure - ©SDNO

Deux types d’empreintes sont identifiables comme étant caractéristiques d’un dinosaure sauropode : l’une, en croissant, correspondant à la trace de la main ; l’autre, subcirculaire, est la marque du pied. A noter qu’au cours du déplacement de l’animal, l’empreinte du pied se superpose partiellement à celle de la main.

Chaque piste et chaque empreinte sont l’objet de mesures précises des différents paramètres les caractérisant.

Ces mesures permettent notamment de déduire la taille de l’animal et sa vitesse de déplacement.

Moulage

Réalisation d'un moulage partiel - © Dinojura

Réalisation d'un moulage partiel - © Dinojura

Réalisation d'une réplique - © Dinojura

La réalisation d’un moulage partiel du site 1 est particulièrement délicate du fait de la verticalité de la surface à empreintes.

Une réplique d’une vingtaine de m2, a été réalisée. Elle constitue un élément de conservation de la surface notamment à des fins muséographiques.

top
Géologie

Drone

Le Drone - © Dinojura

Interprétation - © Dinojura

Reconstitution - © Dinojura

Le drone utilisé est une aile volante radioguidée permettant, à différentes altitudes, de réaliser une couverture photographique géoréférencée de l’ensemble du secteur.

L’interprétation de ces images permet de voir dans le détail, des structures telles que les failles limitant l’affleurement du site 1.

Stratigraphie

Cartes géologiques

Coupes stratigraphiques - © Dinojura

Etude au microscope - © Dinojura

Les cartes géologiques nous renseignent sur l’âge et la nature des couches affleurantes. A Coisia, les pistes de dinosaures sont conservées dans des calcaires attribués au Tithonien (dernier étage du Jurassique) datées de -150 millions d’années.

Afin de caractériser les couches fossilifères et de les localiser rigoureusement dans l’empilement sédimentaire, plusieurs coupes stratigraphiques ont été décrites banc par banc et échantillonnées.

L’étude des échantillons au microscope aboutit ensuite à l’identification des contextes sédimentaires et environnementaux qui sont à l’origine de la roche.

top
Médiation

Présentation inaugurale au Conseil Général - © Cg39

Moulage et fresque de R.Charpentier © Cg39

Exposition Les Montagnes du Jura © Cg39

 

Présentation inaugurale du moulage de Coisia au Conseil général du Jura à Lons-le-Saunier.

Moulage et fresque de Roman Charpentier.

Exposition « Les Montagnes du Jura » : présentation du site à empreintes de dinosaures de Coisia.

top
Publication

Le Loeuff J., Gourrat C., Landry P., Hautier L., Liard R., Souillat C., Buffetaut E., Enay R., 2005 : Late Jurassic sauropod footprint sites of southern Jura (France) ; Kaupia, Darmstäter Beiträge zur Naturgeschichte, Heft 14, 27-31.

Le Loeuff J., Gourrat C., Landry P., Hautier L., Liard R., Souillat C., Buffetaut E., Enay R., 2006 : A Late Jurassic sauropod tracksite from Southern Jura (France) ; C. R. Palevol 5 (2006), 705-709.