Un site très fragile que nous devons tous protéger !

Non protégé,  ce site se dégradait rapidement sous l’action des agents atmosphériques, notamment le gel qui fracture la roche, et du piétinement des visiteurs.

Après concertation entre les acteurs impliqués par sa préservation et sa valorisation, le site à pistes de dinosaures de Loulle a fait l’objet en 2014 d’une protection partielle  suivie e d’une valorisation.

En avril, la pose d’une couverture composée de géotextile, de sable et d’écorce, le tout recouvert d’une couche de terre ensemencée, a permis de protéger 1800 m2 du site dont les pistes de théropodes.

Les travaux ont été réalisés dans le cadre d’une co-maîtrise d’ouvrage associant le Département du Jura et la Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura. La commune de Loulle, propriétaire du site, en a confié la protection et la mise en valeur à la Communauté des communes qui s’est rapprochée du Conseil général.

Après un premier panneau posé à l’entrée du site en juillet, une équipe pluridisciplinaire animée par la Conservation départementale du Patrimoine, service du Conseil général du Jura, a mis en place un cheminement et une signalétique totalement inédite.

Ainsi le visiteur est guidé vers des panneaux didactiques qui lui donnent les clés de la visite.

Il est demandé aux visiteurs de respecter ces traces exceptionnelles et extrêmement fragiles :

  • rester sur la plateforme de visite
  • ne pas endommager les empreintes
  • ne pas prélever ou emporter des fragments de roche
  • ne pas abandonner des ordures ou d’autres déchets

Les pages qui suivent permettent de comprendre ce qui est aujourd’hui protégé, donc invisible sur le site.

La commune de Loulle, propriétaire de la carrière dans laquelle se trouve le site, décline toute responsabilité en cas d’accident corporel.

top
Découverte

Découvert à l’automne 2004 par Jean-François RICHARD, ce site à pistes de dinosaures est situé sur le territoire de la commune de Loulle (Jura) au lieu dit « Le Bois aux salpêtriers ».

Révélé au public en 2006, le site a été l’objet de trois campagnes de fouilles paléontologiques, de 2007 à 2009, soutenues par les collectivités locales et territoriales. Ces fouilles ont été dirigées par Pierre Hantzpergue, professeur de géologie à l’Université Lyon 1, et Jean-Michel Mazin, Directeur de recherche au CNRS (Université Lyon 1).

Image 1 - © Dinojura

Image 2 - © Dinojura

Image 3 - © Dinojura

Image 1 : 2006 : la carrière de Loulle avant les fouilles.

Image 2 : 2006 : lors de la découverte, la carrière était abandonnée, encombrée par de nombreux blocs de roche et partiellement envahie par la végétation.

Image 3 : les premières empreintes repérées sur le plancher de la carrière correspondent à des dépressions circulaires émergeant des cailloutis.

top
Les fouilles 2007 – 2009

Décapage

Déblaiement - © Dinojura

Décapage - © Dinojura

Décapage au marteau piqueur © Dinojura

Grand récurage © Dinojura

plancher préparé © Dinojura

- D’importants travaux de déblaiement ont été nécessaires pour accéder aux surfaces porteuses d’empreintes.

- Décapage au brise roche des bancs calcaires recouvrant la principale surface à piste de dinosaures.

- A l’approche de la surface à empreintes, le décapage au marteau piqueur permet plus de précision.

- Un « grand récurage » débarrasse le plancher de la carrière des plus petits gravillons. Au premier plan, la dalle du concasseur de l’ancienne carrière est surélevée par rapport au reste du site.

- Ainsi préparé, le plancher de la carrière offre une superficie de 3800 m2 sur laquelle plus de 1500 empreintes de différents types et de différentes tailles seront ensuite repérées.

Préparation des empreintes

Vidage du remplissage sédimentaire © Dinojura

Massette et burin © Dinojura

Brosse et micro-burin © Dinojura

Une à une, chaque empreinte est vidée de son remplissage sédimentaire. Ce travail long et particulièrement délicat s’effectue selon différentes techniques :

-massette et burin,
-brosse et micro-burin.

Repérage des pistes

Plusieurs couches superposées sont porteuses d’empreintes © Dinojura

Repérage de nuit © CG39

Marquage à la craie © Dinojura

Coloriage le jour suivant © Dinojura

Chaque piste a une couleur © Dinojura

Plusieurs couches superposées sont porteuses d’empreintes de dinosaures. Chaque niveau a enregistré le passage de différents animaux, à des instants séparés de plusieurs milliers d’années.

Afin de repérer les traces les plus discrètes, le repérage s’effectue la nuit sous une lumière rasante.

Chaque empreinte observée est alors marquée à la craie et coloriée le jour suivant.

L’emploi de différentes couleurs attribuées à chaque piste de locomotion facilite leur lecture dans l’enchevêtrement des traces.

top
Numérisation des données

Drone

Hélicoptère Drelio © Dinojura

Décollage de Drelio © Dinojura

Photo-mosaique de Loulle © Dinojura

Relevé de détail des pistes © Dinojura

L’hélicoptère Drelio du Laboratoire de Géologie de Lyon est un drone télécommandé permettant, à différentes altitudes, de réaliser une couverture photographique géoréférencée de l’ensemble de la carrière de Loulle.

Lasérométrie

Scannage lasérométrique © Dinojura

Scanner en action © Dinojura

Orthophotographie © Dinojura

Scannage lasérométrique (société ATM 3D) permettant une image des empreintes en trois dimensions et une numérisation géoréférencée du relief de l’ensemble de la surface.

Imagerie de détail en trois dimensions

Digitalisation numérique © Dinojura

Enregistrement en 3D © Dinojura

Image 3D d'un pas de sauropode © Dinojura

Image 3D d'un pas de théropode © Dinojura

Digitalisation numérique et numérisation 3D (société DiGiScan.3D).

Les empreintes sont enregistrées en trois dimensions, sur un ordinateur couplé à un appareil photo à trois objectifs, fournissant un relevé 3D sans déformation.

Orthophotographie

Orthophotographie © Dinojura

Relevé photographique, empreinte par empreinte, permettant une reconstitution de la piste en mosaïque.

Biométrie

Relevé de mesures précises © Dinojura

Chaque piste et chaque empreinte sont l’objet de mesures précises des différents paramètres les caractérisant. Ces mesures permettent notamment de déduire la taille de l’animal et sa vitesse de déplacement.

Moulage

Confection du coffrage © A. Léna

Coulée de la matrice © A. Léna

Finition du moule © A. Léna

Moulage en résine © A. Léna

Confection de la coque © A. Léna

La technique de moulage des empreintes permet la réalisation de répliques en résine, d’une grande fidélité.

top
Les pistes de dinosaures

Sauropodes

Empreinte réniforme d'une main de Sauropode © J.P. Petit

Piste de locomotion © Dinojura

Alternance d'empreintes réniformes et circulaires © Dinojura

Pistes à différents niveaux stratigraphiques © Dinojura

Piste laissée par un sauropode de grande taille © Dinojura

Empreintes en abondance © Dinojura

Diversité de la morphologie des empreintes. © Dinojura

Diversité de la morphologie des empreintes. © Dinojura

Diversité de la morphologie des empreintes. © Dinojura

Les Sauropodes étaient des dinosaures quadrupèdes et herbivores tel que Diplodocus. Leur corps massif, soutenu par de solides membres en forme de pilier, se prolongeait par une longue queue et un long cou portant une tête proportionnellement peu volumineuse. Les plus longs sauropodes dépassaient trente mètres et pouvaient peser plusieurs dizaines de tonnes.

Théropodes

Piste de dinosaure théropode © Dinojura

Empreinte tridactyle de patte © Dinojura

Piste de théropode © Dinojura

Empreinte tridactyle de patte © Dinojura

Dégagement d'une piste © E. Leroux UCBL

Les Théropodes étaient des dinosaures carnivores et bipèdes, les empreintes de leurs pieds étant typiquement tridactyles. Certaines espèces ne dépassaient guère les 30 cm alors que d’autres pouvaient dépasser la dizaine de mètres de hauteur.

top
Géologie

Les cartes géologiques nous renseignent sur l’âge et la nature des couches affleurantes. Dans la carrière de Loulle (39), les pistes de dinosaures sont conservées dans des calcaires attribués à l’Oxfordien (Jurassique supérieur) et datés de -155 millions d’années. Afin de caractériser les couches fossilifères et de les localiser rigoureusement dans l’empilement sédimentaire, plusieurs coupes stratigraphiques sont levées aux alentours et de nombreux carottages permettent le prélèvement d’échantillons de roche. Ceux-ci conduisent à reconstituer la succession des niveaux bancs par bancs avec une précision centimétrique. L’étude des échantillons au microscope abouti ensuite à l’identification des contextes sédimentaires et environnementaux qui sont à l’origine de la roche. Sur le terrain, de nombreux indices sédimentaires renseignent sur les milieux fréquentés par les dinosaures.

Stratigraphie

Carte géologique © B.R.G.M.

La reculée de Ney © Dinojura

La falaise expose une coupe continue © Dinojura

Des calcaires en minces bancs © Dinojura

Sédimentologie-environnements

Récif corallien massif © Dinojura

Détail d'une colonie de coraux © Dinojura

Prélèvement d'échantillons lithologiques - © E. Leroux UCBL

Surface à rides de vagues © Dinojura

Surface à rides de vagues étroites © Dinojura

Polygones de dessiccation © Dinojura

Structure finement feuilletée © Dinojura

top
Aménagements

Signalétique directionnelle. © Dinojura

Aménagement d’un vaste parking. © Dinojura

Aire de piquenique. © Dinojura

Visite commentée pendant les fouilles. © Dinojura

top
Aménagements 2014

En 2014, après concertation entre les parties prenantes (scientifiques, collectivités et Etat), la protection partielle du site a pu être réalisée. Elle a été complétée par la valorisation dune fenêtre de visite permettant au public de comprendre ce qui s’est passé ici il y a 155 millions d’années.

Une équipe pluridisciplinaire animée par la Conservation départementale du Patrimoine, service du Conseil départemental du Jura, a mis en place un cheminement et une signalétique totalement inédite.

Elsa Cariou (ATER Université de Nantes dont la thèse à l’université de Lyon a porté sur le site de Loulle) a rédigé des textes concis, traduits en anglais.

Roman Charpentier a créé une illustration inédite et parlante, avec une touche d’humour.

Protection physique d'une grande partie du site (géotextile, sables, broyats, terre végétalisée par une prairie fleurie). © M.-J. Lambert/CG39

Loulle été 2014 . © M.-J. Lambert/CG39

Un panneau directionnel ad hoc. © M.-J. Lambert/CG39

Totem à l'entrée du parking.© M.-J. Lambert/CG39

Panneau entrée du site . © M.-J. Lambert/CG39

Panneaux didactiques et plateforme de visite. © M.-J. Lambert/CG39

Plateforme de visite. © M.-J. Lambert/CG39

Textes clairs (français, anglais), illustrations parlantes, pointe d'humour.© M.-J. Lambert/CG39

Loulle il y a 155 millions d'années. Dessin R. Charpentier

top
Médiation

Exposition « Les Montagnes du Jura »

Exposition « Montagnes du Jura. Géologie et paysages » : le site à empreintes de dinosaures de Loulle figure au menu de cette exposition itinérante.

top
Publication

MAZIN J.-M., HANTZPERGUE P., 2006 – The first sauropod megatracksite from France: the Loulle quarry (Late Oxfordian, Jura, France) 54th Symposium of Vertebrate Paleontology and Comparative Anatomy, septembre 2006 (poster).

MAZIN J.-M., HANTZPERGUE P., 2009 – Dinosaurs and emersions : The Late Jurassic sauropod tracks from the Jura Montain, Mesozoic Terrestrial Ecosystems and Biota, septembre 2009, Teruel, p. 249-250, abstract.

MAZIN J.-M., HANTZPERGUE P., 2010 – Les traces de dinosaures des sites jurassiques français (Coisia, Loulle, Plagne). In : Billon-Bruyat J.-P. (coord) : colloque scientifique La frontière franco-suisse : un petit pas pour les dinosaures, 29-30 octobre. Volume résumés, p. 15-16 ; Paléojura, Porrentruy.

HANTZPERGUE P., MAZIN J.-M., 2010 – Les sites à pistes de dinosaures du Jura français : biostratigraphie,paléogéographie et paléoenvironnements. In : Billon-Bruyat J.-P. (coord) : colloque scientifique La frontière franco-suisse : un petit pas pour les dinosaures, 29-30 octobre. Volume résumés, p. 11-12 ; Paléojura, Porrentruy.

LAFOND-GRELLETY J.  2011 – Les sites à empreintes de dinosaures.Un « nouveau » patrimoine pour le Jura. Cahiers Découvertes n° 9 : Mise en découverte des espaces et sites naturels, juillet 2011, p. 92-95 (www.revue-espaces.com)

ROULIERE-LAMBERT M.-J., 2011– Des dinosaures et des paysages. Valorisation de la géologie et de la paléontologie dans le Jura.Cahiers Découvertes n° 9 : Mise en découverte des espaces et sites naturels, juillet 2011, p. 96-109 (www.revue-espaces.com)

CARIOU ., OLIVIER N., PITTET B., MAZIN J.-M., HANTZPERGUE P., 2013 –  Dinosaur track record on a shallow carbonate-dominated ramp (Loulle section, Late Jurassic, French Jura). Facies, publié en ligne le 4 avril 2013; Springer Verlag, Berlin Heidelberg, 25 p.